GreenhouseTalent
Menu

ARTIST |BETH HART

Beth Hart
Beth HartBeth HartBeth Hart

Agenda

L’auteure-compositrice-interprète nominée aux Grammy Awards Beth Hart a sorti son tout dernier album studio, War In My Mind, le 27 septembre sur le label Provogue. Elle se lancera avec son groupe dans une nouvelle tournée en 2020. Le 18 novembre 2020, Hart presentera son nouvel album au Cirque Royale à Bruxelles.

 

Beth Hart, c’est l’authenticité incarnée. Dans une industrie de la musique qui fait la part belle aux productions léchées et aux photos retouchées, l’artiste joue carte sur table, partage ses plus sombres secrets et vous embarque avec elle. « Sur ces chansons, je suis davantage moi-même que sur tous les autres albums que j’ai enregistrés », explique Beth. « J’ai bien progressé dans mon processus de guérison et j’accepte désormais mon côté sombre, ma bizarrerie et les choses dont j’avais honte - mais j’ai aussi appris à voir ce qui me faisait du bien. »

 

Le succès de l’album Fire On The Floor (2016) lui a valu la reconnaissance des critiques, d’excellents chiffres de vente et des concerts à guichets fermés dans des salles mythiques telles que le Ryman Auditorium et le Royal Albert Hall (une performance immortalisée sur un excellent DVD live sorti l’année passée). Mais comme elle nous le rappelle, sa vie a toujours été une succession de cycles - « il y a des hauts, puis des bas, puis de nouveau des hauts et des bas et ainsi de suite » - et bon nombre de ses meilleurs titres ont vu le jour durant ces périodes extrêmes. « Sur cet album, je suis plus vulnérable et ouverte que jamais, je parle de ma vie, de l’amour, de mes addictions, de ma bipolarité, de mon père, de ma sœur… » 

 

War In My Mind a aussi permis à Beth de mettre un point final à une histoire qui était restée inachevée. En 2003, le célèbre producteur Rob Cavallo (Green Day, My Chemical Romance, Dave Matthews Band, Goo Goo Dolls) avait été envisagé pour mixer l’album Leave The Light On. « Mais le producteur avec qui je travaillais à l’époque », raconte Beth, « n’a pas attendu mon accord pour confier le mixage à Rob - qui avait décliné. » Quinze ans plus tard, lors d’un dîner où Rob était par hasard présent, le destin a frappé. L’hôte a encouragé Beth à jouer l’une de ses nouvelles chansons. « Ensuite », se rappelle-t-elle, « Rob est venu me trouver et m’a dit : "tu as beaucoup évolué en tant que compositrice - je veux enregistrer ces chansons avec toi”. Et il s’est révélé être l’une des personnes les plus cool avec qui j’ai eu la chance de collaborer. »

 

La pochette représentant Beth au piano avec la foudre qui s’abat sur elle illustre très bien les nouvelles chansons, qui nous percutent avec la force d’un phénomène naturel. L’album s’ouvre sur la chanson d’anti-amour Bad Woman Blues. « Cela parle d’une femme qui ne voit pas du tout l’intérêt d’être gentille, car elle sait que ce n’est pas dans sa nature. Mais plutôt que de se détester pour cela, elle est très claire et dit : "chéri, je suis une connasse et une sacrée sorcière, mais avec moi tu vas t’amuser”. »

 

La plage titulaire, une majestueuse ballade au piano qui se transforme en hymne épique, explore les années difficiles de la vie de Beth, marquées par ses addictions, quand elle avait l’impression de ne plus pouvoir aller de l’avant. Let It Grow est un titre si émouvant et sincère que Beth a les larmes aux yeux rien qu’en y faisant allusion. « Cette chanson parle de garder espoir quand on est au plus bas. » Le groove hédoniste de Try A Little Harder évoque les lancers de dés sur le Las Vegas Strip. « Sur ce titre, je me mets dans la peau de mon père, joueur invétéré dans les années 70 », explique-t-elle. « Je compare sa manie de jouer au baccara à ma manie de faire de la musique. Mon père et moi nous ressemblons tellement, c’est absurde. Cette chanson me rend plus confiante, heureuse et indulgente quant à mon trouble bipolaire. »

 

Après avoir suivi la carrière fascinante de Beth Hart pendant un quart de siècle, nous avons appris que nous ne devons rien rejeter - du moment que c’est authentique. Avec War In My Mind, l’auteure-compositrice nous présente un album sur lequel elle n’hésite pas à mettre son âme à nu et à nous ouvrir son cœur. « Vous savez », conclut-elle, « lorsque nous avons fait le shooting photo pour cet album, j’ai demandé pour la première fois à ne pas être maquillée et à ce qu’il n’y ait pas de retouches. C’était aussi la première fois qu’entendre ma voix ne me rendait pas malade. C’était génial, à 47 ans, de ne pas me sentir obligée de paraître jeune, compétitive et toutes ces choses que j’ai toujours cru que je devais être. Sur cet album, je me suis dit que j’allais laisser les choses arriver. Je pense que je commence à faire un peu de progrès, à me rapprocher de la vérité. Et peut-être que je ne connais pas la vérité… Mais ce n’est pas un problème. »

 

Liens | Beth Hart

Concerts passés par Beth Hart

  • 20.07.2019
    Blues Peer, Peer